Outils

J’imagine comment faire un nichoir pour oiseaux sans outils. À l’instar des fabricants de ruches d’autrefois, écorcer du saule ou de la ronce, la lier en un ovoïde, tapisser de mousse … et ce sera informe, rustique, et, surtout, pas un exemple d’objet d’une utilité évidente à l’époque où manquaient des planchettes et des outils.

À l’inverse, pour construire un nichoir en dur, il faut tout un environnement industriel et économique adapté, et, surtout, mental, j’entends par là qu’il faut avoir l’idée de protéger, loger, observer des oiseaux, au lieu de les dénicher pour les manger. Il faut du temps, acheter des matériaux, prendre encore le temps d’observer, de noter, sinon à quoi bon.

Souvent, les contemporains que j’observe en sont encore au mode manuel et non outillé face à l’informatique, à Internet. Pas tous, bien sûr, mais peu sont nombreux à penser qu’ils peuvent avoir intérêt à s’outiller un peu. La consultation de sites, l’échange de messages multimédias, l’itinéraire et les jeux ; une foultitude d’applications pour les plus jeunes, l’e-mail pour les anciens, qui ont un peu de mal à faire suivre un message. Mais en mode manuel, quand on n’est pas outillé, on consomme, tout au plus.

Analyser ou retravailler une information, produire du contenu n’est pas du tout, semble-t-il, une priorité. Soit, admettons que c’est un hobby, comme pour les amateurs d’oiseaux, et cela ne risque pas d’évoluer. Les gens se sont mis à assurer leur propre secrétariat dans les boulots, parce que c’est obligé, comme aujourd’hui on finit par déclarer ses impôts sur un formulaire en ligne. Excel restera un mystère si on n’en a pas eu une fois vraiment besoin. Rechercher dans Google restera un piège, avec le risque de tomber dans les fausses nouvelles ou la publicité.

Les outils sont pourtant gratuits, ainsi que l’accès à d’innombrables données qu’il est ainsi possible de travailler, textes, images, vidéos. Plus innombrables encore sont les données payantes, réservées, sécurisées ou inaccessibles mais cela n’empêche pas de commencer.

labeo

Un première catégorie d’outils permet simplement l’accès aux données, ce qui permet de les manipuler ensuite facilement.

Les outils d’analyse du texte et des données chiffrées forment une catégorie foisonnante, j’y inclus le retraitement. Les images et les vidéos, quant à elles, peuvent devenir un matériau totalement plastique avec un peu d’habitude. Les méthodes de diffusion enfin sont un monde dans lequel il est très intéressant d’entrer. Voici une première liste, pour pc, à titre d’exemple :

Accès : navigateur Firefox avec ses extensions pour pc, Thunderbird pour les e-mails, le lecteur d’e-books Calibre, Foxit Reader pour les pdf. En ligne, l’incontournable Wikipédia, une source encyclopédique de documents et d’images. Penser aussi que tous les journaux et revues ont un site mis à jour au quotidien.

Analyse et traitement : LibreOffice (suite comprenant texte, calcul &c.). J’ajoute, en ligne, Tagcrowd pour une analyse textuelle des documents et des sites web.

Multimédia : IrfanView pour les images, The Gimp pour un retraitement plus élaboré, et Vlc pour les vidéos.

N’oubliez pas qu’il y a des dizaines d’autres exemples. Ils se différencient par des fonctionnalités plus ou moins complexes, mais surtout par le modèle économique (on essaie de vous pousser vers le payant, on vous enferme dans un format dit propriétaire qui interdit les échanges).

Un petit mot sur la gestion interne du pc … Il faut un antivirus comme Avast, une panoplie de mise à jour et nettoyage comme Glary Utilities ou une mise à jour complète en arrière-plan avec Secunia. Un gestionnaire de mots de passe, les possibilités sont larges. Et dans les extensions du navigateur, Adblock plus bloque les publicités, Duckduckgo effectue des recherches sécurisées, Imagus agrandit les images et Tineye recherche des images similaires.

Il reste une belle offre à utiliser en ligne, donc sans téléchargement et installation, parmi ceux que je recommande : Google images pour une recherche par images et Google maps avec les rues du monde filmées (et quelques boutiques et musées) et des vues en 3D, Géoportail pour les cartes anciennes et actuelles en transparence. Un agrégateur de flux, Netvibes.

Ceux qui ont des hobbys trouvent des informations généalogiques sur Geneanet, des tableaux sur Web Gallery of Arts, et des documents anciens sur Gallica Bnf.

Pour la diffusion : créez un blog ultra simple avec Tumblr, plus riche avec WordPress, stockez les gros fichiers avec Dropbox.